Différence entre la créanciale et la crédenciale

On me demande souvent la différence entre la créanciale et la crédenciale,  je vais donc essayer de vous expliquer leur spécificité, comment vous procurer l’un ou l’autre et la façon d’utiliser ces deux « passeports » du pèlerin.
Ces deux documents doivent être présentés dans les hébergements dont l’usage est réservé en priorité aux pèlerins qui ont alors accès quelquefois à un tarif préférentiel. C’est ainsi que les albergues en Espagne sont réservés exclusivement aux pèlerins sur présentation de la créanciale ou de la crédenciale. En France, certains gites d’étape vous demanderont ce document, car ils réservent leur hébergement aux pèlerins.
Cette  sorte de sauf conduit est à faire tamponner dans les gites, hôtels ou chambres d’hôtes du chemin, mais sur le parcours, les offices du tourisme, les bars et restaurants, les commerces divers, les mairies, ainsi que les gendarmeries sont habitués à tamponner les créanciales ou les crédenciales.
Ce document représente donc votre qualité de pèlerin mais ne peut remplacer votre carte d’identité officielle ou votre passeport, et n’ouvre aucun droit particulier hormis l’hébergement en gites ou albergues, on pourrait même dire qu’elle génère des devoirs, car en temps que pèlerin, on devrait devenir exemplaire.

En fin de pèlerinage, à votre arrivée à Saint Jacques de Compostelle, votre  créanciale ou votre crédenciale, si elle est complète, c’est à dire tamponnée à chaque étape, vous permettra d’obtenir la Compostela, document du bureau des pèlerinages de la Cathédrale de Santiago, qui certifie officiellement, et en latin, de la réalisation de votre pèlerinage.
D’après les nouvelles directives du bureau des pèlerinages de Compostelle, les jacquets devraient, pour les 100 derniers kilomètres, faire tamponner deux fois pour chaque étape, donc un coup de cachet sur le parcours supplémentaire pour obtenir la Compostela.
Quand vous serez rentré dans votre logis, vous pourrez refaire votre chemin en parcourant les différents cachets de votre créanciale ou crédenciale qui vous rappellera les bon moments passés dans un gite ou une albergue ou avec une personne rencontrée sur cette étape représentée par un cachet.
Si vous faites votre pèlerinage en plusieurs fois, une seule créanciale ou crédentiale vous sera utile et vous pourrez la mettre à jour à chaque morceau de chemin que vous réalisez. À l’arrivée à Santiago, si vous avez parcouru tout le chemin et que vos cachets tamponnés sur ce document l’authentifie, vous pourrez normalement recevoir votre Compostela.

1 – Historique :
Ce document était à l’origine une accréditation qui servait de recommandation et qui était délivrée par le  curé ou l’évêque du lieu de résidence du futur pèlerin. En Anglais, « the crédentials » veut dire « les pouvoirs » ou les « références » et en Français, le mot créance à la même étymologie, on peut donc dire que c’est une forme de lettre de créance, document  qui est aujourd’hui, remis aux ambassadeurs pour officialiser leur venue dans un pays étranger et qui doit être remis au gouvernement de ce pays.
La créanciale servait de laisser-passer auprès des autorités ecclésiastiques mais aussi civiles et militaires du parcours, c’est ainsi que le jacquet était généralement exempté des péages et autres taxes de passage.
ordonnance pèlerins Louis XIVCette recommandation de l’époque certifiait aussi que la personne était un « vrai » pèlerin car depuis les premiers siècles du pèlerinage, des faux pèlerins ont fait leur apparition. Ceux-ci étaient des vagabonds, des voleurs ou des mendiants qui profitaient des hébergeants et des autres pèlerins en prenant l’apparence des vrais jacquets.
Sous le règne de Louis XIV, furent promulguées des ordonnances permettant de lutter contre ces imitateurs, (voir document ci-contre) et l’obligation d’avoir un passeport de pèlerin, qui était le nom de la créanciale de l’époque.
La crédentiale a été, quand à elle, créée en 1958 par une association, la Société Française des Amis de Saint Jacques, afin de remettre au gout du jour la lettre de créance, et surtout d’éviter que les premiers pèlerins soient distingués des vagabonds, car à cette époque l’administration n’était pas encore habituée au look des pèlerins ! et les voies n’étaient pas encore balisées alors les chemins de chacun étaient différents.

2 – La Créanciale :
La créanciale est un document remis, sous certaines conditions par les autorités ecclésiastiques.

Cette créanciale est une sorte de lettre de recommandation qui vous engage, comme elle engage celui qui vous la procure mais qui ne donne aucun droit. C’est donc un signe fort de votre appartenance au milieu jacquaire pour effectuer une démarche spirituelle personnelle en se détachant de vos attributs sociaux et professionnels et en respectant l’esprit d’un pèlerinage, mais sa détention n’exige pas d’être croyant.

CréancialeElle est néanmoins signée de l’Evêque de votre diocèse ou par le prêtre de votre paroisse et signé par le pèlerin qui s’engage à respecter l’église, l’esprit du pèlerinage, les hôtes, les autres pèlerins et la nature traversée.
La demande de créanciale doit être réalisée dans votre diocèse de résidence et une lettre de motivation peut vous être demandée, mais attention, la procédure n’est pas identique pour chaque diocèse.
Le site internet de celui-ci pourra vous renseigner sur la démarche à effectuer. En cas d’absence de renseignements sur ce média, adressez vous au curé de votre paroisse.
La créanciale ne peut être envoyée par la poste, généralement, c’est le curé de votre paroisse qui vous la remet en mains propres après un entretien sur l’approfondissement spirituel éventuel de votre pèlerinage, elle ne peut être vendue mais un don pour les frais d’impression est le bienvenu. (Voir ci contre une vue d’une partie de la créanciale qui m’a été remis par les autorités ecclésiastiques de mon diocèse – Voir aussi le texte important en Espagnol destiné au bureau des pèlerins de Saint Jacques de Compostelle… explications plus bas)

La procédure pour obtenir la créanciale est, par exemple pour Paris, la suivante : il faut s’adresser au curé de sa paroisse afin de lui demander une lettre de recommandation, puis contacter la Direction des pèlerinages au 01 55 79 96 03 ou envoyer celle-ci par mail à l’adresse suivante :
pelerinages »AT »diocese-paris.net , inutile de vous dire qu’il faut vous y prendre un peu à l’avance!.

Les cathédrales des villes de départ, comme Le Puy, Vézelay, Arles et Tours sont également à même de vous remettre votre créanciale, renseignez vous au moins la veille du départ :
– Le Puy en Velay : Direction des pèlerinages, rue Isabelle Romée
– Vezelay : Accueil de la Fraternité de Jérusalem ou accueil Centre Ste Madeleine (la créanciale du chemin d’Assise est disponible au même endroit)
– Tours : Religieuses Basilique St Martin, 7 rue Baleschoux, (la créanciale des chemins de St Martin est disponible au même endroit)
– Arles : Accueil Pèlerins des chemins d’Arles, 30 av. de Pskov

3 – La Crédenciale :
La crédenciale est un document qui est édité généralement par les associations Jacquaires ou par certains éditeurs de guides. La première crédentiale a été créée par la Société des Amis de Saint Jacques en  1958 car certains de ses membres avaient été arrêtés par les gendarmes pour vagabondage lors de leur Crédentialepérégrination !. On peut dire que la crédenciale est un peu la version laïque de la créanciale mais que leur finalité est identique, à savoir être tamponnée à chaque étape et permettre de justifier son état de pèlerin. (Voir la crédenciale de mon ami François, ci contre. J’ai, bien entendu, enlevé son nom et son n° de passeport)

Ce document est disponible auprès de votre association jacquaire, généralement à la condition que vous adhériez à cette même association, ou contre quelques Euros. Vous pouvez aussi trouver votre crédenciale auprès d’autres organismes comme l’A.C.I.R. : www.chemins-compostelle.com/boutique pour 8€ + 2* de frais de port.
Crédential EspagnolL’éditeur LEPERE peut aussi vous fournir ce document sur le site suivant :
www.chemin-compostelle.fr/demande-credential/ cela vous en coutera 12 timbres poste Francais à 0,80€ soit la somme de 9,60€, port compris.
Si vous partez de Saint Jean Pied de Port, dernière étape Française au pied du col de Roncevaux, vous pourrez trouver votre crédentiale auprès de l’Association des Amis du Chemin de Saint Jacques de Compostelle dont le bureau est au 39 de la rue de la Citadelle.

Elle est exigée, comme la Créanciale, dans certains gites associatifs sur le territoire Français, mais les albergues en Espagne, en étant réservées exclusivement aux pèlerins, obligent ceux ci à présenter leur créanciale ou leur crédenciale.

Liste des associations jacquaires Françaises par la Fédération Française des Associations des Chemins de Saint Jacques de Compostelle (FFACC)  :   www.compostelle-france.fr/adherents.php?p=m5a
Ou sur ce site des chemins de Compostelle avec en plus les  associations étrangères de pèlerins pour les futurs jacquets des autres pays :  www.chemindecompostelle.com/Associations/Associations.html

4 – La Compostella :
La compostella est une sorte de certificat prouvant que vous avez fait le pèlerinage de Saint Jacques de compostellaCompostelle. Pour l’obtenir il faut réaliser au moins les 100 derniers  kilomètres à pied ou les 200 derniers en vélo, c’est la raison pour laquelle la fréquentation du chemin sur ce parcours décuple grâce aux Espagnols (ou à cause!) qui affichent la compostella dans leur CV, ce qui est très apprécié des employeurs Ibères.
La compostella présenté à droite est celle de mon ami François dont j’ai retiré le nom pour des raisons que vous pouvez comprendre.

L’origine de ce document serait le certificat, qui était remis aux condamnés qui avaient terminé leur pèlerinage, comme preuve de l’accomplissement de celui-ci. Car il y a quelques siècles les tribunaux condamnaient des nobles comme des gens de peu à faire un pèlerinage à Saint Jacques de Compostelle ou vers d’autres lieux chrétiens.
Il est dit que Robert Cassel, Comte de Flandre fut en 1321, condamné à faire un pèlerinage vers St Jacques de Compostelle en passant par Le Puy, Saint Gilles (actuellement dans le Gard), Notre-Dame de Vauvert (Gard également) puis il marcha vers St Jacques en Galice et passa à Rocamadour (dans le Lot actuel) en rentrant.
Des parchemins scellés lui étaient remis à chaque étape prescrite par le tribunal et il existe, dans les archives nationales, une attestation de la prévôté de Paris qui certifie avoir vu les cinq documents scellés remis dans les sanctuaires, ce qui correspond donc à la fin de sa peine.
S’il est parti de Paris (bien que sa résidence principale est à Warneton qui est aujourd’hui dans le département du Nord), imaginez le parcours aller et retour, même si, comme il était noble, il a du faire le chemin à cheval avec des gardes et des serviteurs !.

Pour recevoir la compostella, il suffit de présenter votre créanciale ou votre crédenciale au bureau d’accueil des pèlerins (Oficina de Acogida del Pérégrino). Ce bureau est ouvert de 9h00 à 21h00, mais selon votre heure et votre période d’arrivée vous pourriez avoir une longue attente.

Note de la cathédrale de SantiagoUn problème pour obtenir la compostella pourra subvenir si vous utilisez une crédenciale non autorisée par la Cathédrale de Santiago depuis avril 2016.
Afin de vous informer de façon précise, je vous présente ci contre le texte de l’oficina del peregrino  de cette même cathédrale, chacun pourra choisir en toute connaissance de cause. D’autre part, sur la photo de ma créanciale présentée plus haut, vous pourrez voir le texte en espagnol validé par la signature et le cachet de Jaime Garcia Rodriguez, responsable du bureau des pèlerins de la cathédrale de Santiago, qui autorise et valide cette même créanciale.

Il existe d’autres documents du même type, même si leur réputation est moindre, comme la Fisterra, qui est disponible dans les mêmes conditions à l’auberge des pèlerins du village éponyme et la Muxiana qui vous sera remise à l’Office du Tourisme de Muxia.

 

J’espère avoir répondu à vos interrogations concernant la créanciale et la crédenciale, et je vous souhaite encore une très bonne année 2017, avec la réalisation de vos projets de pèlerinages ou de randonnées.

Je vais essayer de reprendre le rythme de parution de mes billets, celui qui paraitra vendredi prochain est un aide mémoire de la préparation du pèlerin qui m’a été demandé par quelques futurs jacquets.

Alors à très bientôt et Ultreïa !!!

NB : juste une petite clarification :
Votre adresse mail est demandée lorsque vous écrivez un commentaire à l’aide du formulaire ci dessous, soyez rassuré, elle ne sera jamais publiée, ni içi ni ailleurs. D’autre part, je ne les conserve pas et je ne les utilisent que pour répondre à vos questions que l’on ne peut traiter en public .

 

 

 

 

 

2 Commentaires

  • Bonjour,

    Merci pour votre billet qui est très intéressant.

    J’ai pour projet de partir avec ma femme à pied vers Jérusalem (depuis Vezelay).
    Savez-vous s’il est possible de trouver une crédentiale pour la route de Jérusalem ?
    Si non je suppose que je la créerai moi même…. ?

    Merci d’avance.
    Gauthier

    • Bonjour Gauthier,
      Pour Jerusalem il existe une association Allemande que vous trouverez içi :
      http://www.jerusalemway.org/
      C’est en Allemand mais il y a moyen de traduire avec Google.
      Ils éditent un crédential spécial à ce magnifique chemin que l’on trouve sur la première page.
      Bonne préparation et bon chemin
      Jacques

Laissez-moi un commentaire