Chemin de Saint Jacques de Compostelle dans Bordeaux (2)

Deuxième paragraphe du chemin de Saint Jacques de Compostelle dans Bordeaux.

2 – Les pèlerins dans la ville :

2.1 – La rue de la coquille :
La rue de la Coquille, ci-dessous et la rue de la Vache sont des rues du Rue de la coquilleMoyen-Age. Certaines de celles-ci étaient étroites car à l’époque on cherchait à construire le maximum de maisons entre les remparts. L’extrémité de cette rue en allant vers le centre de la ville vous amène à l’angle de la Maison du pèlerin ou vous pourrez loger en présentant votre crédential ou simplement le faire tamponner. Vous aurez toujours bon accueil par les bénévoles de l’Association des Amis de St Jacques en Aquitaine.

En suivant la rue des Argentiers vous arrivez vers :

2.2 – L’église Saint Pierre :
Cette église fut à l’origine un sanctuaire roman qui fut édifié vers l ‘an 1100, elle même construite
Plaque eglise Saint Pierre à Bordeaux sur les ruines d’une basilique du 5ème siècle. Il ne reste aucune trace de ces deux édifices.
L’église Saint Pierre actuelle est édifiée à partir du XIVème sur l’emplacement d’un bassin du port intérieur de Bordeaux. A partir de 1863, de nombreuses campagnes de restauration changent quelque peu la physionomie de l’ouvrage à l’exemple de la nef qui est complètement transformée et la statuaire remplacée. De grands travaux de sauvegarde ont également eu lieu en 2000.
Dés l’entrée dans l’église, son portail interpelle par ses sculptures situées dans les voussures de celui-ci. Statue de Saint JacquesUn Saint Jacques, indiquant la direction du chemin à l’aide de son doigt, y figure en bonne place (photo). Une autre représentation du saint, entouré d’étoiles, est présente sur un vitrail du chœur.
Un très beau tableau, situé à l’origine dans le retable du chœur, représente Saint Pierre recevant les clefs du ciel.

À la sortie de cette église, vous pouvez prendre la direction de la Basilique St Seurin, en prenant la rue du parlement St Pierre, puis la rue St Rémy, la rue Porte Dijeaux et enfin la rue Judaïque.

2.3 – Basilique Saint Seurin :
La première collégiale fut construite au XIème siècle et devint une étape prisée des pèlerins sur le Portail eglise Saint Seurinchemin de Compostelle qui venait d’être créé. Il ne reste de cette époque que la crypte, qui se visite (entrée à l’intérieur de la Basilique) et le clocher porche.
Le Codex Calitinus recommence d’ailleurs, dans le livre rédigé par le moine Aymeric Picaud, d’honorer les reliques du bienheureux Seurin, évêque de Bordeaux entre 410 et 420.
On dit aussi que, dans ce lieu saint, Charlemagne vint déposer sur l’autel l’olifant (une sorte de cor) de son neveux Roland qui perdit la vie à Roncevaux est qui a été enseveli à Blaye dans la basilique Saint Germain. Ce cor aurait été enlevé avant la révolution et l’on a perdu sa trace.
basilique Saint Seurin à BordeauxLa statuaire de cette basilique est de grande qualité. On peut admirer une Notre Dame à la rose du XIVème en albâtre de belle facture ainsi qu’une autre Notre Dame, dite de Bonne Nouvelle datant du XIIIèmè siècle. On verra également la statue de St Martial, fondateur de l’église d’Aquitaine, dont le bâton, que Saint Pierre lui aurait donné, était porté lors de processions pour demander la pluie quand de grandes sècheresses menaçaient la région.

La Basilique Saint Seurin est classée au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’Unesco depuis 1998 en relation avec le chemin de Saint Jacques de Compostelle. On voit d’ailleurs de Tombeau du pèlerinnombreuses traces de celui-ci en particulier les coquilles et le bourdon situé sur un sarcophage dans la crypte.
Je vous recommande également les très beaux retables de cette église, et en particulier celui de la vie de la Sainte Vierge dans la chapelle Notre Dame à la rose ainsi que celui du chœur, dédié à Saint Seurin et l’autre registre contant l’histoire du bâton de Saint Martial. Ces très beaux ouvrages sont sculptés dans une albâtre du XVème siècle de grande finesse.
N’oubliez pas aussi d’aller admirer la chaire épiscopale située à l’entrée du chœur. Ce siège en pierre joliment sculpté était destiné au nouvel archevêque afin de prêter serment sur les reliques de Saint Seurin pour officialiser sa prise de fonction.

Maître-autel de la basilique Saint Seurin

Maître-Autel de la Basilique

Je vous en ai déjà parlé, mais ne quittez pas la basilique sans avoir visité la crypte. Un escalier à l’intérieur de l’église permet d’y accéder et vous pourrez y voir des sarcophages et tombeaux sculptés dont un de pèlerin qui arbore des coquilles et un bourdon.(photo)
Les stalles du chœur sont dotées de « miséricordes », dispositif permettant aux officiants de prier dans une position « assis-debout » . Elles datent du XVème et certaines sont sculptées de scènes satiriques ou grotesques.
Après votre sortie de l’édifice, vous pourrez aller admirer un Saint Jacques avec son bourdon, visible sur le portail gothique du mur sud. (photo)
Une statue en bois moderne de St Jacques est présentée dans une chapelle avec Statues du portail basilique Saint Seurinun livre d’or pour les pèlerins ainsi qu’un cachet et un tampon encreur pour votre credential ou créantial que je n’ai pas trouvé en juillet. (Je me suis aperçu que certains confondent ces deux documents de pèlerins !!!. ( je vous ferai un billet bientôt )
Une crypte archéologique est visitable pour quelques Euros. Elle est située sur l’esplanade de l’église.
Vous allez ensuite vous diriger vers la Cathédrale Saint André située place Pey-Berland en prenant la rue Judaïque puis la rue des Remparts et en suivant les coquilles au sol ou celles situées sur les plaques de rues.

2.4 – Cathédrale Saint André :
Cette cathédrale a quelque chose d’inattendu quand on arrive à son contact, mais son clocher détaché du Cathédrale de Bordeauxbâtiment principal lui donne vraiment un côté grandiose. Il ne faut pas oublier qu’ici en 1137, Aliénor d’Aquitaine a épousé le futur roi Louis VII et que le 28 novembre 1615, Anne d’Autriche, fille ainée du roi d’Espagne, s’est liée à Louis XIII, roi de France même si les époux avaient près de 14 ans .
Après la révolution, la Cathédrale deviendra une grange à fourrage et un incendie la dévasta au XIXème siècle. La statuaire et le mobilier viennent donc d’autres églises de la région.
De nombreuses chapelles sont présentes dans cet ouvrage. Celle dédiée à Saint Anne était auparavant clocher de la cathédraledédiée à Saint Jacques. C’est là que vous pourrez admirer de très belles peintures du XIVème siècle dont un Saint Jacques avec un bourdon et sa besace, ancêtre de nos sacs. Il y a également une petite statue de pèlerin dans le déambulatoire près du tombeau de Pey-Berland, (sur l’enfeu de…)

En sortant de la Cathédrale, allez admirer le portail dit « Royal » ou vous verrez dans la voussure, un Saint Jacques avec lui aussi une besace armée d’une coquille. Ce beau portail a aussi une représentation magnifique de la Cène.
La Cathédrale Saint André comme la Basilique Saint Seurin et celle de Saint Michel sont classées au Entrée cathédrale BordeauxPatrimoine Mondial de l’Humanité par l’Unesco depuis 1998 en relation avec le chemin de Saint Jacques de Compostelle.

Si vous continuez à suivre les coquilles, vous allez marcher en direction de la Rue Saint James.

 

Portail royal de la cathédrale de Bordeaux

 

 

 

 

 

Voilà, la semaine prochaine vous aurez le troisième épisode mais je ne mettrai plus deux mois pour le faire, il est presque prêt !

A bientôt,

Amitiés jacquaires

Ultreïa !

Laissez-moi un commentaire