Et vous emportez quoi dans votre sac à dos, les pèlerins ? (3)

Troisième et dernier billet sur le contenu du sac à dos du pèlerin que vous pouvez voir dans le fichier ci-après,

33 – Petite pharmacie :
Un ensemble de médicaments que l’on peut qualifier d’urgence et des accessoires pour le soin des pieds par exemple. Ces ressources sont stockées dans une pochette identique à celle de la trousse de toilette ou également celle des médicaments personnels.

34 – Crème Nok pied :
Cette crème en tube à base de beurre de karité est très connue des randonneurs et pèlerins ainsi que des traileurs pour la préparation des pieds et surtout des zones à problèmes de frottements pouvant générer des ampoules. On lui donne aussi des qualités pour un renforcement de l’épiderme. Ce produit peut être remplacé par un beurre de karité qui permet, quant à lui, d’hydrater la peau de l’ensemble du pied.

Il existe également un produit (Tano) qui permet, lors de la phase d’entrainement, de préparer la peau en réalisant une forme de tannage qui rend celle-ci beaucoup plus solide. On peut associer ces deux produits en appliquant Tano le matin et Nok le soir afin de garantir une très bonne protection et éviter ainsi les ampoules.

Contenu du sac à dos d'un pèlerin

Contenu du sac à dos d’un pèlerin

35 – Pansement Compeed :
Ces pansements sont une bonne protection quand l’ampoule est arrivée à la condition que la peau de celle-ci ne soit pas arrachée.
Ces « seconde peau » peuvent aussi servir de protection avant l’apparition d’ampoules sur les points habituels. Pour la même prévention, il existe maintenant des sparadraps en silicone (Micropore) qui ont l’avantage d’être repositionnables et peuvent même servir en cas de début d’ampoule (surtout ne pas appliquer si l’ampoule est percée).

Nous verrons le traitement des ampoules dans un prochain billet sur les problèmes de santé qui peuvent arriver au pèlerin sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle.

36 – Doliprane :
Je ne vous parlerai que de cet antidouleur car l’aspirine et l’ibuprofène me sont interdits par le corps médical, mais vous pouvez prendre ces médicaments lors de courbatures sur le chemin. Pour les maux de tête, protégez vous du soleil avec une casquette ou un chapeau et vous éviterez une grande partie de ces céphalées.

37 – Mopralpro :
Je prends ce médicament en cas de brulures d’estomac, car la nourriture sur le chemin, et surtout celle que je prépare, génère quelquefois ce genre de problèmes, mais d’autres marques comme le Maalox peuvent aussi résoudre ces petits maux.

38 – Crème solaire :
Les bras et le cou sont généralement sans beaucoup de protection et il convient de s’enduire d’une crème de haute protection avant le départ de l’étape afin d’éviter les coups de soleil désagréables (surtout la nuit).
Les amateurs de bermuda protègeront également leurs mollets en cas de gros ensoleillement.

39 – Pansements :
Les petits accidents domestiques en gite ou sur le parcours nécessitent d’avoir quelques pansements de protection pour les premiers soins.
A noter qu’il existe aussi des pansements cicatrisants efficaces en cas de petites marques de chute !.

40 – Granules Arnica :
En cas de petites chutes sur le chemin, l’homéopathie permet de diminuer les douleurs du lendemain mais cela marche aussi pour la fatigue musculaire et les courbatures.

41 – Coupe ongles :
La coupe des ongles des pieds sur le chemin est un traitement indispensable afin d’éviter des problèmes aux pieds.
Personnellement je recommande avant le départ de prendre rendez vous chez un podologue qui vous assurera un soin et une « préparation » des pieds efficace et durable.
Un dernier conseil : ne prêtez pas votre coupe ongles afin d’éviter une infection du type onychomycose qui se transmet par ce moyen.

42 – Pharmacie et médicaments personnels :
Je vous ai parlé des trois pochettes identiques achetées en solderie et qui contiennent la trousse de toilette, la petite pharmacie et les médicaments personnels.
Il est inutile de se charger de plus d’un mois de médicaments car avec des ordonnances de renouvellement vous pourrez assurer votre « réassortiment » dans les pharmacies françaises du parcours. Attention toutefois au manque de stock de certains médicaments dans les officines de village.

43 – Divers :
Ce paragraphe regroupe divers accessoires très utiles voir indispensables sur le chemin.

44 – Tube lessive :
Après quelques essais de lavage avec un savon, j’ai adopté une solution plus efficace sur le long terme. J’utilise donc un tube de lessive de marque Génie, qui est un gel express pour lavage à la main. On le trouve même dans les petits supermarchés, et son seul inconvénient est le poids qui approche les 200 g.
Mais ce produit est vraiment efficace pour le lavage de l’après midi et réduit ainsi le temps de cette tâche ménagère.
Dans les lavabos de gites il est néanmoins pas facile de procéder au rinçage des vêtements sauf si une cuvette est à disposition. En effet, il faut veiller à bien rincer ses tenues, par exemple en deux ou trois fois, afin d’éviter des éventuelles allergies.

45 – Sacs plastique étanches Zip 30 x 40 cm :
En cas de pluie, même avec le couvre sac, on risque de trouver ses vêtements et accessoires humides ou même mouillés à l’étape.
Afin d’éviter ce risque je répartis les vêtements dans des sacs plastiques transparents avec une fermeture à zip que l’on trouve dans la dimension de 30 x 40 cm dans tous les supers ou hypers et qui servent généralement de sac à congélation.
Après quelques étapes, j’ai aussi inscrit le contenu sur chaque contenant avec un feutre indélébile ce qui permet de ne pas mettre le pain d’épices dans le sac qui la veille contenait les chaussures par exemple.

46 – Boite plastique étanche pour alimentation :
La boite étanche est quasi indispensable sur le chemin. Mais le problème de la dimension a fait l’objet de nombreuses interrogations chez moi.
Au départ, j’avais une boite rectangulaire qui me permettait de stocker mon pain d’épices et mes bananes jusqu’au jour où, dans un gite, j’ai préparé une salade de pâtes immonde mais quand même nourrissante, que je devais transporter sur 10 à 15 km.
Alors dans la quincaillerie de Tramayes, tenue par une grand mère sympathique, j’ai trouvé une petite boite ronde étanche beaucoup plus utile que la grande.
Alors à mon nouveau départ de fin mars, dois je emporter les deux contenants, je ne sais toujours pas !.

47 – Couteau rando + cuillère et fourchette :
Le couteau multifonction de camping peut être utile lors du pèlerinage de Saint jacques mais le poids est assez important. Pour gagner quelques grammes, un opinel et un couvert en plastique peuvent faire l’affaire.
Je dis ça mais j’emporte un couteau multifonction de l’armée que m’avait offert un ami militaire et motard décédé aujourd’hui.
Cet accessoire pèse un peu mais c’est le cadeau d’un ami !.

48 – Sac poubelle :
Deux grands sacs poubelles sont toujours dans mon sac. Ils peuvent servir par exemple pour s’asseoir sur le bord du chemin, pour casser une croute ou pour se déchausser lors de l’arrivée au gite quand les pieds sont terreux .
Un sac résistant d’une centaine de litres permet aussi de mettre son sac à l’intérieur lorsque la présence de punaises est présumée.

49 – Carte vitale et carte internationale :
Il faudra faire absolument la demande d’une carte européenne d’assurance maladie (CEAM) sur le site internet de l’Assurance maladie (Ameli.fr). Si le délai de votre départ est trop court (moins de 15 jours) vous pouvez obtenir le certificat provisoire de remplacement, valable trois mois.
Cette carte Européenne est valable 2 ans à partir de sa date d’édition.

50 – Carte d’identité ou passeport :
Même s’il n’est plus nécessaire de présenter vos papiers d’identité lors du passage de frontières, les pays de l’espace dit Schengen peuvent vous obliger, par leur droit national, à présenter une carte d’identité ou un passeport en cours de validité lors de tout contrôle. Donc n’oubliez pas ceux-ci lorsque vous franchirez le col de Roncevaux.

51 – Prise multiple :
Vous voyagez avec quelques appareils dotés de batteries rechargeables comme votre téléphone, votre appareil photo et votre tablette si vous êtes, comme moi, accro à votre blog… il vous faudra donc une prise multiple car les prises ne sont pas légion dans les gites d’étapes.

52 – Guide le Puy – St Jean Pied de Port :
Il vous faudra un guide comportant un descriptif du parcours, une cartographie et des textes historiques ou architecturaux pour chaque étape.
Le choix est important selon la ville de départ et un billet, spécial guide, sera édité dans les semaines qui viennent.

53 – Guide Miam Miam Dodo :
Ce guide quasi indispensable permet au pèlerin de trouver un hébergement et des services ainsi que  les commerces sur tout le parcours. Il en existe plusieurs selon la ville de départ et comme pour le guide précédent, leurs descriptions seront dans un billet qui sera édité dans quelques semaines.

54 – Téléphone et chargeur :
Le téléphone est une bénédiction mais aussi une plaie sur le chemin !. Il est sympa de pouvoir donner des nouvelles depuis le chemin ce qui rassure les personnes chères que l’on a laissées en partant.
Mais au gite, certains demandent le code wi-fi avant de dire bonjour en arrivant et la vue d’une dizaine de personnes penchée sur leur smartphone et qui ne lève pas la tête, quand un nouveau pèlerin arrive, m’est pénible.
Le téléphone me sert surtout à prendre des notes en chemin afin d’avoir des éléments et ne rien oublier lors de la rédaction du billet du blog le soir quand tout est calme.
Pour le chargeur, quoi dire, sinon qu’il ne faut pas l’oublier au départ, mais aussi à chaque étape.

55 – Appareil photo + chargeur :
Le choix d’un appareil photo est surtout guidé par les dimensions, le prix et le poids de celui-ci.
En effet, la qualité des images est maintenant presque identique selon les catégories, et quant au poids le choix d’un compact ou ultra compact sera le meilleur.
De nombreux bancs d’essais dans les revues photo ou sur internet ( par exemple : http://www.quechoisir.org/telecom-multimedia/image-son/photo-video/guide-d-achat-appareils-photo-numeriques-compacts-la-simplicite-d-usage-a-prix-reduit ) vous permettront de choisir celui qui correspond le mieux à vos gouts et à votre budget. L’achat d’une carte mémoire supplémentaire de bonne capacité sera à inclure dans votre prévision d’achat.
Personnellement, je n’ai pas emmené d’appareil car j’ai une mini tablette que j’utilise pour rédiger les billets de ce blog et qui me permet de prendre des photos… même si en intérieur ce n’est pas terrible !.

56 – Carte bancaire :
La carte bancaire est indispensable sur le chemin car les gites sont souvent payables en espèces et il conviendra de prévoir l’emplacement des distribanques afin de ne pas se trouver à cours de liquide.
Ceux ci sont indiqués dans les guides comme le Miam Miam Dodo (www.levieuxcrayon.com), ce qui permet d’éviter de se trouver dans cette éventualité.

57 – Chèques bancaires :
Deux ou trois chèques dissimulés dans votre sac permettront de vous sortir d’une situation embarrassante lors du paiement du gite ou de la chambre d’hôte.

58 – Lunettes de soleil :
Les lunettes de soleil sont à utiliser même si vous ne partez pas en plein été.
N’oubliez pas d’emmener un étui de protection car, quand ou ferme le sac en serrant, celles ci peuvent se déformer ou casser.

59 – Gourdes (ou autre système de transport d’eau)
Grand débat sur le chemin, gourde ou poche à eau… pour ma part, j’ai essayé les poches mais les difficultés de nettoyage ont engendré des bactéries et autres moisissures incompatibles avec ma petite santé.
Et je suis revenu aux gourdes en métal. J’en porte une à la ceinture, un autre est sur le coté du sac que je peux prendre sans enlever celui ci, ce qui me fait un litre et demi d’eau au total.
Sinon j’ai trouvé un truc intéressant dans un magasin, un système qui permet de visser un tuyau sur une bouteille de 1,5 l. d’eau minérale ordinaire ce qui donne un ensemble comparable à une poche du commerce.

60 – Nourriture :
Cette catégorie ne regroupe que des éléments utilisables lors de la marche ou d’un petit arrêt. Je ne vous décrirai pas le paquet de pâtes et autres aliments que vous achèterez dans l’épicerie proche du gite.
Un billet sur les recettes simples à faire en gite sera fait bientôt sur ce blog.

61 – Boites de sardines :
La trésorière de l’association locale du chemin de Compostelle m’a donné ce truc lors de la première réunion à laquelle j’ai assisté. Les deux boites de sardines au fond du sac peuvent vous sauver lors d’une étape où les gites sont complets et les épiceries inexistantes…

62 – Barres de céréales :
La boite de six barres de céréales fait partie de mon équipement mais à raison de deux par jour le stock fond rapidement et il est quelquefois difficile d’en trouver sur le chemin.

63 – Barres de pâte d’amande :
La pâte d’amande est un peu mon péché mignon, et même si leur contenu en sucre lent est important, doit on en prendre dans son sac, je vous laisse le choix !.

64 – Sac de mélange oléagineux et fruits secs :
Dans un magasin spécialisé en produits frais, j’ai acheté des fruits secs et des oléagineux en vrac. C’est ainsi que j’ai fait un mélange d’abricots secs, de raisins secs, de noix de cajou, et d’amandes. Ces friandises apportent tous les éléments nécessaires à la marche et j’en grignote une grosse poignée par jour.
Bien sûr on peut me dire qu’un kilo de mélange c’est un peu lourd mais j’ai un problème pour me réassortir sur le chemin alors je vais peut être utiliser la poste restante sur le chemin car je deviens accro à mon petit mélange et c’est bon pour ma santé.

65 – Pain d’épices :
Le petit casse croute le long du chemin ne serait pas ce qu’il est sans le pain d’épices.
J’ai essayé plusieurs marques genre industrielle mais j’ai trouvé une marque d’apiculteurs sympatiques : « le pain d’épices des ruchers de Bourgogne » (www.lesruchersdebourgogne.fr) qui est très bon et à un prix très correct.

Voilà vous connaissez le contenu de mon sac à dos après ces trois articles, mais vous pouvez faire votre propre composition et me l’envoyer. Nous la publierons éventuellement sur ce blog.

Vous pouvez aussi me poser toutes questions à l’aide des commentaires ci dessous.

A bientôt et bonne préparation,

Ultreïa !!!.

11 Commentaires

  • Bonjour,
    Félicitations, votre blog me plait beaucoup et me sert pour la préparation à mon départ fin juillet 2016.
    En lisant votre article sur les chargeurs et multiprises je me posais la question suivante :
    Les prises de courant en Espagne sont elles les mêmes qu’en France ?

    Merci d’avance pour votre information.

    Et bonne continuation.

    Gabriel

    • Bonjour,
      Merci pour votre commentaire. Le voltage et la fréquence en Espagne sont les mêmes qu’en France (230 V, 50 Hz), vous pouvez donc utiliser tous vos appareils sans danger. Pour les prises, ils utilisent des prises murales un peu différentes (les types F) mais les prises mâles de nos accessoires (types C et E) peuvent être utilisées sans adaptateur, ce qui fait toujours un truc de moins à porter !!!.
      Merci de me dire de quelle ville vous partez…
      Je vous souhaite une bonne préparation et n’hésitez pas à me contacter si vous avez d’autres questions
      Bien amicalement,
      Jacques

  • Bonjour Gabriel,
    Si vous partez de Chalon vous êtes tout près du chemin bourguignon en direction de Cluny.
    Un conseil, après St Gengoux ne prenez pas la voie verte, prenez le GR qui est sympa !
    Si vous voulez des renseignements sur le chemin en direction ou après Cluny, ou sur tout autre chose … ne vous gênez pas je suis là !
    Bon courage,

    Jacques

  • Bonjour,
    Je débute le chemin d Oloron sainte Marie à Star jean pied de port, pouvez vous me donner quelques renseignements. La signalisation est elle correcte? Cette étape est elle vraiment si difficile que cela (niv 4) sur divers guides.
    en attendant de vous lire un grand merci pour votre partage et pour le blog…
    Belle continuation âme Jacquaire…

    • Bonjour,
      je ne connais pas cette partie du chemin dit du Piemont mais le dénivellé entre Oloron St marie et St jean P. de Port n’est pas en haute altitude, et cela représente 4 étapes.
      Vous trouverez le détail de ce parcours et pas mal de renseignements sur le site de l’ACIR :
      http://www.chemins-compostelle.com/itineraires/8/la-voie-des-piemonts
      (Dont les distances et altitudes de ces quatre étapes).
      Le balisage du chemin du Piémont est bien réalisé selon certains utilisateurs que je connais.
      N’hésitez pas à me demander d’autres renseignements,
      Amitiés jacquaires
      Jacques

  • Bonjour
    Merci pour ces renseignements sur le matériel, quel est le plie du sac?

  • Bonjour Jacques
    J’ai le même sac, mais, ancien avec ouverture unique sur le haut, en s’organisant il n’y a pas de problème.
    Je parts de Séville le 04/04 et j’hésite à prendre le sac de couchage…
    Je suis entrain de tailler mes oliviers et après lecture sur le bourdon j’ai trouvé une branche presque parfaite , mais ce sera pour le plaisir car je suis adepte des bâtons pliants.
    Bien camino

    • Bonjour Gilbert (ou re- !)
      Tout d’abord,en Espagne, moi je prendrais un sac de couchage !
      Je te souhaite une bonne Via de la Plata, en avril ce doit être un bonheur.
      Et pour le bâton en olivier… tu me donne envie !. Quel beau bois que l’olivier ! mais trouver une ébauche assez longue pour tourner un bourdon… c’est difficile voir impossible!
      Buen camino Gilbert
      Jacques
      Buen

  • Bonjour Jacques
    Voici les mensurations du bâton brut: 1,60m, diamètre le plus gros 6cm et le moins 4,5
    Combien de temps de séchage etc etc
    Merci pour la pertinence de tes réponses
    Ultria

    • Bonjour Gilbert,
      Pour ton futur bâton merveilleux en bois d’olivier (je suis jaloux!!)
      Tout d’abord, il faut enlever l’écorce pendant qu’il est encore humide puis je le mettrais à sécher dans un endroit sec et tempéré et si en plus il est aéré, c’est super!
      Mes bâtons je les pends la tête en bas (le petit diamètre au dessus) pendant plusieurs mois et le mieux c’est de les oublier au moins un an.
      Le diamètre est un peu gros et il faudrait l’usiner un peu pour réduire ses dimensions sur tt la longueur afin de réduire son poids mais en lui laissant ses formes. (en mm temps je ne connais plus le poids de l’olivier)
      Encore un fois buen camino pour la Via de la Plata
      Ultreïa !
      Jacques

Laissez-moi un commentaire