Préparer son pèlerinage ou son parcours :

Comment préparer son pèlerinage et plus particulièrement son parcours est la question que se pose tout futur jacquet dès que l’envie de faire le chemin de Compostelle devient forte.
Alors on fait le tour des sites et des blogs en y passant des soirées et des nuits au grand dam de notre entourage qui se pose beaucoup de questions.

Vient ensuite le temps des livres et des guides. On visite de nombreuses librairies, (ou des sites spécialisés) et on fait l’acquisition de bouquins qui ont toutes les chances de rester chez soi sur les étagères quand on partira.

Pour ma part, quand j’ai préparé mon pèlerinage, j’ai sauté ce passage, car lors d’une réunion mensuelle de l’Association locale des anciens pèlerins, un membre de celle-ci, qui a déjà fait le chemin plusieurs fois, m’a recommandé le Guide Rother : le Puy-St Jean P. de Port qui pour lui est le meilleur, et il ne s’est pas trompé. Rother est un éditeur Allemand qui édite également en Français.
J’ai acheté ce livre ainsi que le « Miam Miam Dodo » qui est la bible incontournable pour préparer son pèlerinage avec tous les détails sur les hébergements et les services du chemin.
Dans les semaines qui viennent, dès que j’aurai fait le tour de la plus grande partie des guides, je vous ferai un billet sur ces ouvrages indispensables… .

Parlons donc des associations de pèlerins. Il existe dans chaque région des groupes d’anciens jacquets ayant une grande expérience et qui vous accueillent chaque mois pour vous conseiller afin de préparer son pèlerinage. La liste de ces groupes en France et dans le reste du monde ainsi que leurs adresses de sites sont sur le lien suivant :
http://www.chemindecompostelle.com/Associations/Associations.html
Je pense qu’il faut aller à plusieurs réunions afin de poser les bonnes questions, après les avoir recensées  au fur et à mesure de la préparation, et je ne remercierai jamais assez les membres de l’association locale sans qui je n’aurais pas été prêt à la bonne période et qui m’ont donné des trucs que l’on ne trouve nulle part ailleurs.

Ensuite, il y a deux possibilités : soit vous vous fiez aux étapes des guides ou des nombreux sites internet ou bien vous faites comme moi pour prévoir vos futures haltes en fonction de paramètres qui vous sont propres. En effet, plus je parcourais les bouquins et sites spécialisés, et plus je me disais qu’alterner des étapes à 18 km et le lendemain à 33 km, comme on trouve sur certains ouvrages du chemin, ne tenait pas debout.
En fait, il y a des monuments et villages incontournables ou l’on se doit de faire étape, mais je pense aussi que certaines haltes sont dues aux journalistes ou rédacteurs copains des hébergeurs du chemin !.

Extrait d'une fiche de préparation de parcours sur le chemin d'accès au Puy à partir de Cluny (Tramayes)

Extrait d’une fiche de préparation de parcours sur le chemin d’accès au Puy à partir de Cluny (Tramayes)

Si vous allez voir les premiers tableaux de prévisions d’étapes du début du blog, vous vous apercevrez qu’elles étaient différentes des dernières éditées après mes ennuis de cheville, mais l’expérience et surtout la prise en compte des dénivelés changent pas mal de choses. (voir ci-contre)
Mais dans tous les cas, il paraît que l’on ne suit ses prévisions que dans 20% des cas !!!. Vous ne le répéterez pas mais après 17 jours j’avais une journée de retard sur mes prévisions originales !, c’est une des raisons pour laquelle j’ai refait celles-ci…

Vous pouvez toujours me dire que l’on a tout le temps sur le chemin, c’est vrai, mais il y a en France le problème des réservations de gites qui nous oblige à quelques prévisions. Mais surtout, si vous avez du retard ou si vous changez de village étape, prévenez votre hébergeur qui risque de refuser une place à un autre pèlerin alors que vous n’arriverez jamais… Un détail de politesse qui n’est pas toujours de mise sur le chemin mais qui grandit celui ou celle qui l’applique.

On pourra me dire que les étapes de repos ne sont pas programmables et elles sont pourtant indispensables à la santé du pèlerin. En effet, certains jacquets s’arrêtent une journée par semaine, et d’autres une fois tous les quinze jours car il est confirmé que nos corps ne sont pas habitués à marcher 20 à 30 km par jour pendant deux à trois mois. Cela permet surtout d’avoir accès, si l’on programme bien ses haltes, à des monuments ou des sites remarquables du chemin que l’on ne pourrait visiter si l’on ne faisait que passer !..

Partir d’où ? :
D’où partir pour aller à Saint Jacques de Compostelle est une question à se poser lors de la préparation. Doit on fermer sa porte et démarrer de chez soi comme les pèlerins d’antan ou partir des villes classiques comme Le Puy, Vézelay, Tours ou Arles.

Cela dépend de la durée que vous avez prévu pour ce pèlerinage, car si l’on part deux semaines pendant quelques années, il vaut mieux partir des villes de départ historiques. Si par bonheur vous pouvez accorder plus de temps à ce chemin et que vous avez prévu de le faire en une ou deux fois, vous pouvez envisager de partir de chez vous ou d’un autre lieu historique ou religieux comme je l’ai fait en quittant un matin la chapelle de Notre Dame du Chêne vers Ornans dans le Doubs.

Panneau de la variante en Dordogne de la voie de Tours (vers Echourgnac)

Panneau de la variante en Dordogne de la voie de Tours
(vers Echourgnac)

Ce n’est pas ni un honneur, ni un exploit à réaliser mais les étapes sur les chemins d’accès aux villes classiques se font dans une solitude complète et les personnes rencontrées sont beaucoup plus disponibles. J’ai rencontré mes premiers pèlerins lors de la quinzième étape de mon pèlerinage et pourtant j’étais sur le chemin dit « des Allemands » depuis le 5ème jour (Thann, Marnay, Mont Roland, Beaune, Cluny). Les gites sont assez nombreux et les hébergeurs sont beaucoup plus à l’écoute.
Madeleine, membre de l’association locale, qui était partie de Marnay (Haute Saône) m’avait conseillé de partir de Notre Dame du Chêne, en me disant que c’était tellement bien sur le chemin d’accès que quand elle était arrivée au Puy, elle avait eu envie de rentrer chez elle!.
Alors si vous le pouvez et si vous avez le temps de le faire… partez de chez vous, ou comme moi, d’un site qui vous tient à cœur…

Préparer ses étapes :

Comme vous l’avez vu dans un précédent article, certains suivent les étapes  que l’on trouve dans les revues, sur le net ou encore dans les guides. Pour ma part, je « fais » mes étapes en fonction des paramètres suivants :
– Les sites historiques, religieux, touristiques ou jacquaires à visiter
– Les gites agréables recommandés par des blogs, les rencontres ou l’association, etc…
– La distance entre les gites n’excédant pas 28 km, sauf terrain plat
– Le profil des étapes avec ses dénivellations positives et négatives.

Alors, c’est vrai que je fais et je refais car c’est un gros boulot, mais en ce moment j’ai le temps !.

Je prépare mes étapes à l’aide d’un tableur Excel. Pour remplir celui-ci j’utilise un site qui permet de mesurer précisément le parcours sur les cartes IGN avec l’altitude, et en plus c’est gratuit, il s’agit de : http://edp-parcours.com.
Ce site est très simple à utiliser et l’on peut conserver ses parcours et même les éditer en fichier « .gpx » afin de les utiliser avec un GPS.

Vous pouvez d’ailleurs trouver sur ce site les étapes de Cluny au Puy en Velay que j’ai tracé et que vous pouvez charger si vous êtes l’heureux possesseur d’un de ces instruments.

Il y a aussi, et j’en ai rencontré, des pèlerins qui ne préparent rien et qui s’en portent très bien ! chacun voit midi à sa porte dit on. Mais pour ma part, j’aime bien savoir un peu à l’avance ou je serai à telle date.

Bien entendu, il existe d’autres méthodes pour préparer des étapes et si vous pratiquez, profitez de ce blog pour faire connaitre votre technique, merci de me mettre un commentaire, je vous contacterai pour une parution éventuelle.

Bonne préparation, à bientôt et Ultreïa !

4 Commentaires

  • Nous nous sommes rencontrés à la réunion de décembre à Besançon, Sylvie qui repart au printemps pour St Jacques, tu vois ? Je voulais te souhaiter une belle année 2016 riche de rêves réalisés et de moments inattendus.
    Bonne préparation Jacques
    Sylvie

    • Bonjour Sylvie, merci pour tes voeux et je te souhaite à mon tour une bonne année 2016 en espérant te voir sur le chemin au printemps !
      A bientôt
      Jacques

  • j’ai du temps !!on s’en va?

    • Bonjour Elizabeth, ce serait avec plaisir mais en ce moment pas possible !
      Passe quand tu veux … bises, Jacques

Laissez-moi un commentaire